Actualités

 
Pro Urba 2015 - Paris Forum des Halles - mobilier urbain Stripes © Pro Urba 2018
Pro Urba 2015 - Lyon place des Tapis mobilier urbain sur-mesure © Pro Urba 2018 Pro Urba 2015 - Lyon place des Tapis mobilier urbain sur-mesure © Pro Urba 2018 Pro Urba 2017 - aire de jeux au centre de Douai parc Bertin - mobilier urbain Durbanis © Pro Urba 2018 Pro Urba 2017 - Douai parc Bertin : une aire de jeux sur-mesure © Pro Urba 2018 Pro Urba 2017 - aire de jeux au cœur du quartier du Hedas à Pau © Pro Urba 2018 Pro Urba 2015 - Stains square Toussaint Louverture - renaissance d'un quartier © Pro Urba 2018 Pro Urba 2018 Perpignan - berges de la Têt - aménagement d'une aire de jeux sur-mesure © Pro Urba 2018 Pro Urba 2016 Rouen - quais Bas - aménagement d'une aire de jeux © Pro Urba 2018 Pro Urba 2016 Rouen aménagement sportif des quais Bas de la ville © Pro Urba 2018 Pro Urba - aménagement mobilier urbain au cœur des villes © Pro Urba 2018 Aires de jeux aquatiques proposées par Vortex France - Aqua Pro Urba © Pro Urba 2018 Aires de jeux aquatiques proposées par Vortex France - Aqua Pro Urba © Pro Urba 2018

VILLES et COLLECTIVITÉS TERRITORIALES, les solutions sont dans l'aménagement urbain !

Accroissement de la population, attractivité des centres-villes, mixité sociale, lutte contre les incivilités… la liste des défis à relever est longue pour les collectivités locales. Dans la gestion des villes, l’aménagement urbain est devenu l’un des principaux leviers pour apporter des solutions pertinentes, concrètes et de long terme. Depuis 40 ans, Pro Urba accompagne ces mutations avec une vision innovante et des solutions par le mobilier urbain et les aires de jeux. Illustration avec un maire, une architecte-paysagiste et un directeur des services techniques…

« Aujourd’hui la ville a besoin d’évoluer, besoin d’accueillir, besoin de se structurer… » Ce constat, aux allures de feuille de route d’une mandature, est celle d’un maire : Thierry Pouzol à la tête, depuis 2014, de la municipalité de Fontaines-sur-Saône (69). Également élu à la Métropole de Lyon, il dresse les contours d’un chantier auquel s’attèlent depuis plusieurs années la majorité des responsables de collectivités locales. « Toutes les communes doivent s’adapter aux mouvements et aux aspirations des populations qui ont évolué plus vite que les politiques publiques. Si je prends l’exemple de la mienne, aux portes de Lyon, nous avons un foncier qui augmente car il est rare, mais parallèlement le besoin de logements est permanent. Il faut donc reconstruire la ville sur la ville, en intégrant la nécessité de maintenir, préserver ou créer des espaces cohérents, d’usage, où les habitants se croisent, où ils tissent du lien social et où se développe une vie de quartier. »

 « Le rôle de l’élu est de créer un cadre de vie »

Pour un élu, offrir du bien-être à ses administrés, et donc de l’attractivité à sa commune, est l’idéal recherché. Mais ce subtil équilibre repose sur des ressorts sociaux et économiques avec pour principal moyen d’action le levier de l’aménagement urbain. « Notre rôle est d’offrir un cadre de vie, éclaire Thierry Pouzol. Nous nous efforçons d’avoir une vision de la ville dans son ensemble car c’est l’articulation entre le construit et le vide qui génère l’usage. Et pour que les gens se sentent bien, il faut évidemment qu’ils soient bien dans leur logement, d’où les plans de mixité de l’habitat qui voient le jour un peu partout. Mais il faut aussi que ce soit le cas à l’extérieur, dans leur tout proche environnement. Il y a un lien très fort entre les deux. » Alors la reconquête d’espaces comme les centres villes, les zones désertées ou certains quartiers passent par la redéfinition de la trame urbaine. « Chacun d’entre nous dans ses parcours du quotidien emprunte un trottoir, descend une rue, traverse une place, et c’est la somme des aménités, c’est-à-dire des éléments qui nous sautent aux yeux, qui nous génère des sentiments tout au long de ce parcours. L’architecture et le végétal y contribuent, mais le mobilier urbain joue une place très importante. Un banc installé au bon endroit peut rompre l’isolement des séniors, une aire de jeux au retour de l’école permet aux enfants de libérer leur énergie et aux familles d’échanger, et puis le nouvel aménagement urbain d’un centre-ville peut rebooster l’activité des commerçants via une expérience-client réussie… »

Pro Urba accompagne les acteurs publics depuis 40 ans

Ces problématiques ne sont pas nouvelles et depuis 40 ans Pro Urba accompagne les acteurs publics pour imaginer, concevoir, installer et assurer la maintenance des aménagements urbains. Nos équipes de techniciens comprennent la vision d’un élu, d’un service technique ou d’un paysagiste, l’accompagne dans son appréhension de l’espace et dans la conception du lieu. « C’est effectivement ce que nous attendons d’un fournisseur de mobilier ou d’aires de jeux. C’est bien de vouloir un banc, mais encore faut-il savoir où on le met dans le parcours ? Quel doit être sa nature, en bois ou en fer ? Quel va être son usage ? Ne va-t-il pas être détourné et générer des incidents ? Et évidemment, il y a tous les aspects liés à la sécurité et aux normes », énumère le maire de Fontaines-sur-Saône.

Illustration avec la requalification du Parc Bertin à Douai

Le Parc Charles Bertin, cher aux habitants de Douai (59), est une parfaite illustration de la requalification d’un espace public par le mobilier. Ce poumon vert unique de 7 hectares en plein cœur de la sous-préfecture du Nord a fait l’objet d’une réhabilitation complète. « Depuis son édification au 19e siècle sur une partie des anciennes fortifications de la ville, il n’avait pas beaucoup évolué, détaille Fabienne Guinet l’architecte-paysagiste chargée de la maîtrise d’œuvre. A l’époque, il avait été conçu avec une forte présence de l’eau, de reliefs et de végétation exotique, mais ces dernières années, cette végétation l’avait totalement asphyxié, les chemins, les grandes perspectives s’étaient désintégrées et les espaces, comme l’aire de jeux qui était venue s’y greffer dans les années 70-80, n’étaient plus adaptés. » En 2016, la municipalité a donc décidé de lancer un programme de restauration avec, en axe central, la volonté de conserver l’âme originelle du parc tout en le modernisant et en lui conférant un caractère accueillant où toutes les générations aient envie de se retrouver.

Redonner sa vocation et une identité à l’aire de jeux

« Nous sommes partis sur un schéma directeur d’aménagement en appliquant ces idées, c’est-à-dire en améliorant de nombreux espaces notamment visuellement, en dégageant certaines végétations, en en replantant d’autres, en retraçant les allées et en reprenant la thématique de l’eau qui est l’un des fils conducteurs du projet. Dans ce cadre, il fallait que l’aire de jeux soit beaucoup mieux intégrée pour lui redonner sa vocation et une identité. Nous l’avons beaucoup agrandie pour qu’elle devienne une plaine de jeux qui puisse accueillir un maximum d’enfants de tous âges. Et nous avons travaillé pour exprimer à travers le graphisme et les décors, les sinuosités du parc, le rappel à l’eau, aux îles et aux roseaux. De son côté, mon client, la ville de Douai, souhaitait que les revêtements de sol soient amortissants et meubles, et que les jeux soient en bois. »

« J’ai apprécié l’accompagnement et les solutions techniques de Pro Urba »

C’est dans ce cadre que Fabienne Guinet a contacté Pro Urba. « C’est le fournisseur qui me proposait le plus de jeux originaux et surtout des aménagements sur-mesure avec des thèmes et des couleurs uniques qui donnent une singularité à cet espace. C’est ce qui a beaucoup plu à la maîtrise d’ouvrage. De mon côté, j’ai également particulièrement apprécié l’écoute, l’accompagnement et les solutions techniques normatives et de mise en œuvre apportées par Anne-Sophie Becquaert, la chargée d’affaires dans notre région des Hauts-de-France. Cette collaboration a été très importante. » Résultat : un aménagement scénarisé de plus de 1 200 m² en bois de robinier, avec une structure multifonction, un labyrinthe de roseaux, une multitude de jeux, du mobilier, qui a été inauguré en février dernier. « C’est une réussite ! Maintenant, tout le monde vient au parc Bertin pour la plaine de jeux. Les enfants et les parents l’adorent. Et même si elle est ouverte en permanence, elle est respectée, on a très peu de vandalisme. »

Des solutions par l’urbanisme aux incivilités et à la mode des « geysers urbains »

La lutte contre les incivilités est évidemment un autre défi pour les collectivités. Face à ces phénomènes multifactoriels, certaines trouvent, là aussi, des solutions par l’aménagement urbain. Chaque été, la commune de Soissons (02) était confrontée, comme de nombreuses villes, aux phénomènes des « geysers urbains ». Il s’agit de cette « mode » qui consiste à forcer les bouches à incendie pour permettre aux habitants de se rafraîchir. Des actions illégales, accidentogènes, qui perturbent le travail des pompiers et génèrent d’énormes gaspillages d’eau. « Le point culminant est intervenu un soir d’été de 2017, relate François Jeanson, le directeur des services techniques. Nous avons connu une situation de crise, car à force d’avoir des utilisations de 4, 5 ou 6 bouches à incendie où on perdait 60 m3 d’eau par heure à chaque fois, nous avons frôlé une coupure générale pour les 30 000 habitants de la commune… »

 

Deux Splashpads de 120 m² au cœur des quartiers sensibles

Les décideurs, le maire Alain Crémont en tête, ont alors cherché des solutions. « Il y avait plusieurs réponses. La première était une sécurisation drastique des bouches à incendie, mais cela ne réglait pas fondamentalement le problème, analyse François Jeanson. Nous avons privilégié une vision à long terme. Mais le problème étant localisé dans deux quartiers sensibles, Presles et Chevreux, pour des raisons d’espace au milieu des zones résidentielles et de coût, nous ne pouvions pas opter pour des fontaines ou des miroirs d’eau comme à Bordeaux. Après des recherches sur ce qui se faisait à l’étranger, nous nous sommes orientés vers des aires de jeux d’eau de petites tailles. Et c’est là que j’ai contacté Pro Urba. » C’est ainsi que Vortex France, notre filiale de jeux aquatiques, a imaginé, conçu et proposé par l’intermédiaire de notre chargé d’affaires Bastien Berger, deux Splashpads innovants de 120 m² chacun avec geysers, mâts arroseurs, seaux renversants… Des citernes de 15 m3 ont également été installées pour récupérer une partie de l’eau et faire de l’arrosage public et du nettoyage de voieries. Un investissement global de 281 000 €, avec le partenariat des bailleurs sociaux à hauteur de 30%.

Plus aucune ouverture de bouche à incendie depuis l’installation !

« La mise en service a finalement eu lieu fin juillet, avec une énorme attente de la population. Le jour où l’on a appuyé sur le bouton, les enfants étaient littéralement dans les starting-blocks et lorsque l’eau a jailli, ils ont couru sur l’aire de jeux ! Et le résultat est là. La pédagogie et la concertation menées en amont avaient déjà permis de réduire largement le nombre d’ouvertures de bouche à incendie au début de l’été, mais depuis l’installation, il n’y en a plus eu du tout. L’autre satisfaction, c’est de voir que la population s’est, non seulement déplacée vers ces équipements, mais qu’elle a surtout évolué. Le public va du bébé aux jeunes adultes, avec les mamans qui assurent l’ordre. » Il n’y a quasiment pas eu de dégradation constatée. Et dans la dimension urbaine, ces espaces sont devenus de nouveaux points de rencontre pour les habitants. A tel point que, dès cette année, la municipalité de Soissons mène un programme pour ajouter du mobilier urbain autour des aires de jeux… et de nouveaux projets de Splashpads sont dans les tuyaux !