Actualités

 
Aire de jeux Quais Bas Rouen Toboggan tubulaire - réalisation Pro Urba © Pro Urba 2017
Aire de jeux Rennes St Grégoire Casino Toboggan iconique by Pro Urba © Pro Urba 2017 Toboggan iconique by Pro Urba 63 mètres de long showroom Citroën Paris © Pro Urba 2016 Aire de jeux Village Nature Bailly Romainvilliers Toboggans intégrés en pleine nature © Pro Urba 2017 Aire de jeux Village Nature Bailly Romainvilliers Toboggans intégrés en pleine nature © Pro Urba 2017 Aire de jeux d'eau Aqualagon du Village Nature Bailly Romainvilliers Toboggans aquatiques © Pro Urba 2017 Aire de jeux d'Amiens - toboggans intégrés aux structures de jeux sur-mesure by Pro Urba © Pro Urba 2017 Aire de jeux Villebon - toboggans intégrés aux structures de jeux sur-mesure by Pro Urba © Pro Urba 2017 Aire de jeux intérieur Domus - Toboggans intégrés sur-mesure by Pro Urba © Pro Urba 2016

Le toboggan : icône au carrefour de l’histoire, du savoir-faire et des tendances !

Il est la pièce maîtresse d’une aire de jeux, la structure totémique qui marque l’identité d’un parc ou d’une entreprise. Modeste ou élancé, le toboggan dissimule derrière son image ludique des enjeux marketing et une grande technicité. Pro Urba en est l’un des acteurs majeurs en France, de la conception à l’installation. Décryptage d’un phénomène bientôt centenaire, en perpétuelle évolution…

Faites le test. Posez le regard quelques instants sur un toboggan et spontanément vous allez ressentir une familière montée d’adrénaline. Pourquoi ? « Parce que le toboggan renvoie aux premiers instants de lâcher prise, éclaire Isabelle Pertuis, directrice de l’agence parisienne de Pro Urba, expert des aires de jeux depuis 40 ans. Il y a, en fait, 3 phénomènes : à la fois l’obligation de grimper, de s’élever avec ce qui peut apparaître comme une prise de risque, la satisfaction de parvenir au sommet et la récompense de la glissade qui implique l’élan, la vitesse et les sensations fortes. C’est un peu comme la première fois que vous sautez dans l’eau. Vous restez d’abord au bord avant de vous lancer vers l’inconnu. C’est quelque chose qu’on ne maîtrise pas, mais après, on le refait pour ressentir ces mêmes sensations ! »

 

Le toboggan, inspiré des Inuits, mais créé par un Anglais en 1922

Les psychologues sont d’ailleurs unanimes sur le rôle du toboggan dans le développement des jeunes enfants. Il fait partie de ces apprentissages incontournables qui mettent en jeu la coordination motrice, c’est-à-dire se servir en même temps de son regard, de ses bras et de ses jambes. Il ne faut alors pas s’affoler si les bambins testent le toboggan dans toutes les positions sur le dos, sur le ventre, en avant, en arrière. Naturellement, ils voient là l’opportunité de mieux connaître leur corps et ses possibilités. De découvrir l’équilibre, d’expérimenter les sensations de bien-être, comme de mal-être.

L’origine du toboggan était pourtant moins ludique et plus laborieuse. Le « tabaganne » est une invention des Inuits du Grand Nord qui qualifiait ainsi les luges leurs servant à tirer de lourdes charges, notamment des peaux de bêtes, en les faisant glisser sur la neige.

Le premier toboggan dans sa forme moderne, lui, date de 1922. Il a été créé par un Anglais, un certain Charles Wicksteed, qui vendait à l’époque du matériel de bricolage à Kettering au cœur de l’Angleterre. Au centre du parc pour enfants qui portait son nom, il mit au point une attraction perchée à 4 mètres en haut d’une échelle avec une planche inclinée glissante pour redescendre. Succès immédiat ! Et un siècle plus tard sa filiale Wicksteed Playscapes est toujours le premier fabricant d’aires de jeux outre-manche. L’autre évolution décisive se dessina outre-Rhin. Les designers fabricants allemands Kaiser et Kühne furent les premiers à concevoir un toboggan tubulaire. Une innovation qui ouvrit la porte à des installations en hauteur en toute sécurité.

 

Un totem qui garantit l’effet Wahoo !

Aujourd’hui le toboggan est partout. Il se décline en extérieur et en intérieur, dans toutes les tailles, toutes les formes et de toutes les couleurs. Pour Gilbert Mathot, gérant de Pro Urba : « Au-delà de sa vocation ludique et génératrice de sensations, le toboggan est une signature, un élément iconique qui sert de repère visuel. C’est quelque chose de très identitaire, très esthétique, car ce sont de belles pièces, majoritairement en inox. Certains clients le voient comme une véritable œuvre d’art. » Pour un parc public, un centre commercial ou une entreprise privée, se doter d’un toboggan c’est en effet installer un totem emblématique et s’assurer de créer chez ses visiteurs le fameux effet Wahou ! Celui qui fera parler de vous…

« Nous avons un panel de clients extrêmement large, détaille Isabelle Pertuis. Nous équipons évidemment des aires de jeux en extérieur pour les collectivités. Les toboggans de butte remportent toujours un grand succès et permettent de souligner le paysage. Tout comme les structures sur talus, fermés, qui limitent la mise en place de sol souple et permettent une intégration parfaite dans des espaces boisés comme au Parc Novacieries à Saint-Chamond, à la Vallée de la Scie à Nueil-les-Aubiers ou sur l’espace minéral à Rouen. Mais la demande est de plus en plus forte également en intérieur, notamment du côté des foncières de centres commerciaux comme Shopping Promenade de Frey, Domus ou Immochan pour lequel nous avons développé un concept spécial avec une tour et son toboggan intégré. Concept qui est décliné sur plusieurs sites en France. Les aéroports de Lyon, de Nice, de Cannes ont fait appel à nous. Et la tendance envahit également le monde de l’entreprise. Inspiré de ce qu’a fait Google en Californie et en Suisse, des sociétés de l’informatique, des start-ups veulent aussi leur toboggan ! Les premières que nous avons équipées sont Linkbynet à Saint-Denis et ABC system au Kremlin-Bicêtre. Pour elles, c’est un support de communication et un élément marketing, mais aussi une façon de se préoccuper du bien-être de leurs salariés comme l’arrivée du sport, des coachs et du fitness en entreprise. Et puis, pour descendre, ça va plus vite que de prendre l’ascenseur ! » L’une des réalisations qui illustre bien le savoir-faire de Pro Urba est le toboggan géant qui a été installé au cœur du showroom de DS Citroën sur le Champs-Elysées, un bâtiment tout en hauteur et très étroit sans possibilités de fixation latérales. Du haut de ses 26 mètres et de ses 63 mètres de long, cette structure, la plus haute de France, devait initialement rester 3 mois, mais devant le buzz généré, le haut de gamme de la marque aux chevrons l’a conservé 3 ans.

 

L’expertise Pro Urba : « écoute du client, rigueur du bureau d’études, minutie à l’installation »

De telles créations, toujours réalisées sur-mesure, requièrent une grande technicité. Isabelle Pertuis la résume ainsi : « C’est d’abord un gros travail d’écoute des souhaits du maître d’ouvrage pour retranscrire une image, donner une vocation, attirer un public. Ensuite au stade de l’étude, il faut partir du site existant, la place, les contraintes et évaluer la meilleure configuration. En amont, notre bureau d’études travaille beaucoup avec les commissions de sécurité et les bureaux de contrôle pour ne pas avoir de surprise. Cette démarche s’étend tout au long de la conception, du travail d’ébauche et des plans d’exécution. » Un process extrêmement pointu qui précède la fabrication. « C’est un secteur très normé qui impose des calculs hyper-précis, ajoute Gilbert Mathot. En fonction de la forme et du nombre de spires attendues du futur toboggan, il nous faut trouver la bonne glissance et la bonne vitesse selon le rayon de courbure et son inclinaison. L’objectif est d’obtenir un effet contrôlé sur la pente. Et du plan à la fabrication, jusqu’à l’installation, la chaîne doit être parfaite, car on ne sait si tout va s’emboiter au millimètre et fonctionner que lors de l’étape finale du montage. Un travail d’orfèvre ! »

 

Près de 500 mètres de toboggans cumulés depuis 5 ans

Pro Urba travaille ainsi avec un petit panel de fournisseurs experts, choisis selon les spécificités du projet, qui lui apportent au besoin une assistance technique. Car la mise en œuvre d’une structure de plusieurs mètres de haut sur une aire de jeu, en cours de création ou déjà existante, est là aussi très complexe. « Ce sont des pièces volumineuses, qui se manipulent très difficilement car tout est courbe avec un centre de gravité dur à cerner, sans parler de leur poids certain. Il faut être très précautionneux et on a toujours été obligé de composer notamment avec la portance des dalles. Une donnée particulièrement sensible dans les aéroports par exemple. » C’est ainsi que sur les 5 dernières années, le groupe a réalisé et installé près de 500 mètres de toboggans cumulés pour des ouvrages allant de 15 000 à plus de 300 000 euros !

Et le champ de compétence de Pro Urba s’étend au-delà de la conception-réalisation du toboggan, il peut couvrir jusqu’à la maintenance. La filiale Divers Cité Services est spécialisée dans ce domaine, alors que « peu d’entreprises sont positionnées sur ce marché, relève Gilbert Mathot. Le principal de l’activité se fait sur la partie publique à la demande des collectivités, mais nous intervenons aussi lorsqu’on livre des aires de jeux un peu spécifiques pour du privé qui n’a pas les compétences en interne. Là-aussi l’entretien est très réglementé. Nous nous référons à la norme NF EN 1176/1177 qui fixe les prestations et les rythmes d’intervention. La sécurité est évidemment le point le plus important. »

 

Le marché du toboggan aquatique en pleine expansion

D’autres pays ont d’ailleurs une vision assez différente du toboggan, lui accordant même une vocation sécuritaire. C’est le cas principalement de l’Allemagne où, au-delà de l’aspect ludique, il est utilisé en cas d’incidents. « Comme pour les avions, là-bas les pompiers recommandent d’installer des toboggans dans les écoles du primaire jusqu’aux cycles supérieurs, note Isabelle Pertuis. Ils sont situés sur la partie extérieure des bâtiments et permettent une évacuation des enfants plus rapide et moins stressante qu’avec des escaliers de secours. » Au rayon des tendances encore, l’Angleterre a pris une longueur d’avance dans le privé avec des équipements qui fleurissent depuis de nombreuses années dans tous les grands centres commerciaux et sont générateurs d’affluence.

L’autre grande mode est évidemment le toboggan aquatique qui est particulièrement développé en Allemagne ou en Belgique avec des parcs à thème très impressionnants. « Notre filiale Aqua Pro Urba est notamment intervenue sur l’extension d’Aqualibi Belgium. Mais même si nous avons un peu de retard en France, il y a de très beaux projets comme l’immense structure réalisée pour l’Aqualagon de Villages Nature Paris ou des réalisations pour la chaîne de grands campings Yelloh Village. Ici la technique est d’autant plus pointue que le facteur eau rajoute des contraintes de sécurité, d’entretien et de durabilité. D’ailleurs si en France, on est resté relativement PVC pour ces réalisations, on peut très bien adapter ces éléments à l’inox qui est plus performant et résistant. »

 

L’avenir au connecté et aux particuliers !

Et demain ? Le toboggan a assurément encore de vastes territoires à conquérir ! Le numérique d’abord avec l’interactivité et le développement d’outils connectés ou d’accessoires tels que des leds s’allumant selon la progression de l’utilisateur. Le toboggan pourrait aussi s’élever et aider à développer le modèle économique des stations de montagne française durant l’été par exemple. En Autriche et en Allemagne (à Garmisch-Partenkirchen notamment), de longs toboggans ont déjà vu le jour pour permettre aux randonneurs de redescendre de leurs ascensions. Et puis après avoir intégré les entreprises privés, l’heure sera bientôt à la naissance d’un marché du particulier. « Chez Pro Urba, on ne l’a pas encore fait, mais on a déjà des demandes… » Un toboggan dans son salon, qui n’en a pas rêver !